2011 // Le Bilan (Guillaume Perrin)

Par Guillaume PERRIN • 6 jan 2012 • Categorie: Chroniques de cinéphagesContacter l'auteur

Lors de notre bilan 2010, nous pointions déjà humblement du doigt certaines aberrations face à la morosité économique fièrement affichée par des professionnels culottés. La situation n’a pourtant pas évoluée en faveur du spectateur tout juste indigné, puisque le prix des places et les abonnements illimités ont augmentés.

Des mesures et des propos totalement déplacés compte tenu le record de fréquentation enregistré en 2011 en France, dépassant aisément les 206 millions de billets vendus en 2010. Si l’on en croit les tendances (qui a déjà vu des prix baisser ?) ce constat n’ira qu’en s’aggravant. Il est loin le temps où le cinéma était un spectacle populaire à la portée de tous. Autre travers, lui aussi mis en avant en 2010 et ayant pris des proportions démesurées en 2011 : le nombre de sorties qui, chaque semaine, s’élève régulièrement à 24 films ! Une abondance de titres pas toujours visibles même dans les grosses villes, directement liée à la recherche de l’immédiateté du Box Office (en terme de fréquentation) par les exploitants.

Si bien que les œuvres de moindre envergure sont reléguées à une malheureuse sortie technique (parfois une unique salle dans toute la France) et vouées à l’échec pure et simple. Chronique d’une mort annoncée : même les plus curieux et endurcis d’entre nous ne trouvent plus la force de se déplacer pour aller voir l’unique séance à 14h un jeudi d’un film qui vient pourtant juste de sortir ! La situation serait-elle pour autant alarmante ? Des indices appuieraient ce sentiment puisque même les blockbusters estivaux ou hivernaux sont touchés. Comme le dernier exemple en date avec Happy Feet 2 de GeorgeMad Max, La TrilogieMiller, qui se voit octroyer des séances uniquement en journée et en VF sans aucune autre alternative.

Il s’agit là, en plus d’un manque de créneau et de place évident pour absorber les nombreuses sorties, d’une erreur de marketing. Warner ne sachant pas a qui s’adresser : les enfants (il y a des pingouins) ou les adultes (les thématiques développées, la narration particulière, la mise en scène, George Miller). Mais à l’heure où il y a justement une trop grande diversité de choix, l’erreur de Warner aura été de ne pas proposer d’alternative (aucune VO dans toute la France !). Ce qu’elle fera la semaine suivante mais le mal était déjà fait.

Pour autant si l’état du cinéma de genre français, trop souvent associé au genre fantastique/horrifique, est préoccupant il n’est pas dramatique. Les polars et films d’épouvantes français ont été nombreux cette année encore même si la qualité n’était pas forcément au rendez-vous.

Guillaume Perrin

 

TOP  2011 DE GUILLAUME PERRIN (par ordre alphabétique) :

  • Animal Kingdom (David Michôd) ex æquo avec Les Crimes de Snowtown (Justin Kurzel)
  • Attack The Block (Joe Cornish)
  • Black Swan (Darren Aronofsky)
  • Drive (Nicolas Winding Refn)
  • Incendies (Denis Villeneuve)
  • La Solitude des nombres premiers (Saverio Costanzo)
  • L’Exercice de L’État (Pierre Schoeller)
  • Shame (Steve McQueen)
  • Tomboy (Céline Sciamma)
  • Warrior (Gavin O’Connor)

Si le bilan de 2010 fut assez conventionnel et avare en surprises inattendues (seul Daniel Y Ana l’était réellement), l’année 2011 nous a réservé quant à elle de nombreuses découvertes. Difficile de retenir uniquement dix films sur plus de 270 sorties vus dans l’année par l’auteur cinéphage de ces lignes, des réussites exaltantes sont restées au pied du podium comme le vertigineux Balada Triste (Álex de la Iglesia) ou encore le reboot (du moins on l’espère) X-Men : Le Commencement (Matthew Vaughn), le vintage Captain America : First Avenger 3D (Joe Johnston), le brutal Kidnappés (Miguel Angel Vivas), le vibrant The Artist, la résurrection des comédies de l’age d’or hollywoodien avec Comment Savoir (James L. Brooks) et enfin les énervés J’ai rencontré le Diable (Kim Jee-woon) et The Murderer (Hong-jin Na).

Enfin, finissons en rappelant que 1kult a couvert de nombreux festivals en 2011 et ceux-ci nous ont offert de belles découvertes et surprises. Celles-ci sont toujours inédites, à l’instar de Sunny, Vampire, Under the Hawthorn Tree, Miss Bala (Gerardo Naranjo), Kill List (juillet 2012), Bullhead (22 février 2012).

FLOP 2011 DE GUILLAUME PERRIN :

  • Forces Spéciales (Stéphane Rybojad)
  • La Ballade de l’Impossible – Norwegian Wood (Tran Anh Hung)
  • Sucker Punch (Zack Snyder) ex æquo avec Transformers 3 – La Face cachée de la Lune 3D (Michael Bay)
  • The Tree Of Life (Terrence Malick)
  • Very Bad Trip 2 (Todd Phillips)

Les autres bilans 2011 du reste de la rédaction seront bientôt visibles…

Vous aimerez peut-être...

Ciné // Panic cinéma : le planning
Les 7 films de… // Episode 21 : Gilles Vranckx
Livre // Conseils de lecture #05
Tagged as: , , , , , ,

Enfin 9 commentaires. Et vous ? »

  1. Enfin un « Top » où je vois Attack the Block ! Yes ! Bien joué Guillaume et merci pour ce film qui le mérite amplement. Je n’ai pas encore vu le Malick à ce jour mais je suis surpris de le voir dans tes « Flops ». Est-ce du à la qualité global du film ou bien est-ce parce que tu as été déçu du bonhomme (en premier) ?

  2. Hehe I.D. bah écoute merci…
    En même temps, si je n’ai pas recherché à tout prix à me différencier puisque les films de mon top sont vraiment ceux que je considère comme les meilleurs cette année, il faut bien avouer que mon top varie un peu de ceux des autres… A croire qu’ils n’ont pas vus beaucoup de films et surtout qu’ils ont vus systématiquement les mêmes films… ou bien que j’ai des goûts différents ^^
    Je ne sais pas si c’est bien joué pour Attack The Block mais moi j’adore le film, une belle surprise ;)

    Pour Tree of Life, c’est le film dans son ensemble. Je ne remets pas en cause la qualité technique du film qui est évidemment assez impressionnante… Au départ… Malick faisant systématiquement les mêmes putains de plans circulaires en contre plongé avec un soleil éblouissant derrière… Malgré la maitrise c’est carrément insupportable passé 30 min (et encore je suis gentil) ! Toujours et toujours le même style de plans… remarque ça colle bien à son discours dégoulinant de bondieuserie que Malick nous assène à grand renforts de symbolisme lourdaud ! D’autant qu’il traite une énième fois (La Ligne Rouge et Le Nouveau Monde) ses thèmes de prédiléction mais la subtilité en moins et la prétention en plus (en tentant de faire son 2001).
    Bref j’adore le réal. mais sur ce film il m’a laissé de marbre et en colère et là il va falloir qu’il se renouvelle !

  3. Aaaaah, le Top de Guillaume !
    Le mien n’est pa encore en ligne, mais je me permets quand même de venir commenter le tien ;)
    Bon déjà, le seul film de ton Top que je n’ai pas aimé, c’est Les Crimes de Snowtown. Je l’ai justement vu il y a quelques jours, et j’ai été laissé sur la touche avec celui-là. Disons que c’est un film qui ne m’était pas compatible plus qu’un film qui me révulse. En revanche je suis bien content de n’avoir pas trouvé dans tes 10 « Balada Triste », que tu mentionnes tout de même. Ce film-là, je l’abhorre pour de bon^^

    Sinon le film qui me fait le plus tiquer parmi le Top 10, c’est Warrior, un film gentiment efficace, apréciable sur le moment, bien carré, mais tellement attendu et téléphoné que je m’étonne peut-être un peu moins que quelques lignes plus bas tu reproches entre autres choses à Malick d’être prétentieux avec The Tree of Life, qui pour le coup, effectivement, n’est pas le moins du monde une remarque que l’on peut faire à Warrior, qui est on ne peut plus sans prétention ;) Je te taquine parce que même si Malick reste Malick dans son style, The Tree of Life m’a de mon côté emporté ;)

    Mais bon globalement, un film que je n’aime pas et un que je trouve gentil dans le Top, et un seul que j’adore dans tes flops… ça fait bien plus d’accords que de froncements de sourcils ;)

  4. Mais permets-toi David, permets-toi ! C’est toujours un plaisir ;)
    Déjà, je suis surpris qu’il n’y ai que Tree Of Life, Warrior et Snowtown où nos avis diverge :p Tu as de la chance (car il me semble avoir lu que tu avais aimé le film) que par provoque je n’ai pas mis M:I 4 dans le flop… mais il ne le méritait pas non plus ^^ Mais heureux de voir qu’on se retrouve sur pas mal de film car je les aime beaucoup et je suis content que d’autres les apprécient aussi ;)

    Snowtown est aussi cruel, qu’il est froid et frissonnant de vérité… son traitement et son sujet peut donc en effet rebuté. Par contre Balada Triste m’a réellement impressionné : son énergie, son ambition, ce bouillonnement de thématique cher à Iglesia, sa frénésie visuelle, la virtuosité de sa mise en scène en font un film somme et épuisant voir trop bourratif mais je me suis régalé !

    Pour Warrior c’est délicat… je pense qu’il tient à tout un chacun de se retrouver dans cette histoire et de se laisser porter. Déjà pour ma part, je n’avais pas du tout entendu parlé du film 1 semaine avant sa sortie. Et pour moi c’est le cinéma que j’adore et qui me transporte émotionnellement : celui qui utilise tous les outils existants pour nous donner un vrai spectacle de cinéma (montage, musique, narration, personnage haut en couleur).

    J’ai été touché par cette histoire de réconciliation familiale masculine à la fois naïve mais profonde et subtile si l’on gratte une peu (je sais c’est paradoxale). Tout comme le dernier Spielberg (War Horse) qui lui aussi utilise, à sa manière, les outils à sa disposition pour nous transporter. Warrior n’essaye pas d’être ambitieux, juste de raconter une histoire simple mais efficace afin de se concentrer sur le romanesque. Il n’est aucunement prétentieux et on ne lui demande pas de nous révolutionner le genre (et encore je trouve qu’il apporte un sang neuf). Alors certes, les thématiques ont déjà été faites ailleurs mais là tout est réunis pour plus d’impact… putain sérieux à la fin j’étais torturé même si je connaissais sa résolution… je voulais aller sur le ring pour participer aux match, arrêter les frères, etc. Bref un film qui m’emporte autant se devait d’être dans mon top 10.

    Pour Tree Of Life je me suis assez expliqué, J’aime TOUT les Malick sans exceptions sauf ce dernier qui m’a révulsé avec mon compère Anthony !

  5. Eh oui, seuls ces trois films marquent une divergence dans nos opinions, même si, de mon côté, je ne trouve pas que ce soit un mauvais film. J’ai sincèrement apprécié le film pour ce qu’il est, un spectacle sans prétention, attendu, qui cherche l’émotion avec un peu trop d’insistence, mais qui fonctionne tel quel. Ca me rapelle les discussions qu’on avait eu à propos de Sunny, finalement, c’est le même genre de reproche que je pourrais lui faire. Ce sont deux films que j’ai aimé, mais qui appuient trop là où on les attend pour qu’ils s’érigent véritablement. Mais franchement, maintenant, je peux comprendre que si tu te laisses emporter par l’émotion, tu choisisses de tels films, moi l’émotion n’a pas eu les mêmes prises sur moi, je trouve ça trop gentil.
    Balada Triste, moi c’était l’overdose, ça n’est vraiment pas passé. Les films qui cherchent à trop en mettre plein la vue, à un moment ça me saoule. Un peu de sobriété de temps en temps, pour souffler, ça fait du bien aussi. Je l’ai trouvé laid, affreusement laid.

    Quant à Snowtown, la fin m’a laissé un peu perplexe je dois dire. Déjà que le film était éprouvant, jamais dans la bonne direction, mais la fin m’a laissé perplexe. Et MI4, ça ne m’aurait pas révulsé qu’il soit dans ton flop non plus. C’est un film d’action hollywoodien qui m’a bien fait trippé, mais bon, c’est loin de figurer parmi mes préférés de l’année.

  6. Ouh la la ! Au lieu de, je cite, « … des proportions démesurées en 2011 : le nombre de sorties qui, chaque semaine, s’élève régulièrement à 24 films ! », il faudrait mieux lire : « … des proportions démesurées en 2011 : le nombre de sorties qui, chaque semaine, s’élève régulièrement à 14 films ! ». C’est déjà pas mal, non ?
    Signé : un lecteur assidu de l’Officiel des Spectacles.

  7. Savoy1,

    Comme précisé, il s’agit de pic de nombre de sorties bien trop souvent atteint et non d’une moyenne. Je prendrai comme exemple uniquement les sorties du mois de novembre et décembre 2011 pour illustrer mon propos car reprendre toute l’année serait un énorme travail :

    Mercredi 2 novembre : 17 sorties
    Mercredi 9 novembre : 15 sorties
    Mercredi 16 novembre : 22 sorties
    Mercredi 23 novembre : 23 sorties
    Mercredi 30 novembre : 19 sorties
    Mercredi 7 décembre : 18 sorties
    Mercredi 14 décembre : 21 sorties
    Mercredi 21 décembre : 17 sorties
    Mercredi 28 décembre : 13 sorties

    Je suis sûr d’avoir vu plusieurs fois au cours de 2011 Allociné & Co. afficher 24 sorties… sur ces exemples précis, en effet mEa culpa, il n’y a pas exactement 24 sorties mais nous dépassons plusieurs fois les 20 sorties pour une moyenne sur ces deux mois de 18.33 film… on est tout de même au dessus des 14 films. Pour ma part je souhaitais simplement souligner le trop grand nombre de sorties que les circuits d’exploitation ne peuvent absorber et que les spectateurs n’ont pas le temps d’aller voir car bien souvent les 3/4 de ces sorties ne restent qu’une unique semaine à l’affiche pour être remplacées la semaine suivante par d’autres nouveautés (sans parler pour certain film des sorties dites « techniques »)

  8. Bonjour Guillaume,

    Juste pour signaler, en complément du témoignage de savoy1, on trouve très souvent parmi ces sorties deux ou trois rééditions qui ne sont de toute façon faites que pour sortir dans un réseau restreint de salles (cinémas Action, les Acacias…). En outre, chez Allociné ils comptabilisent souvent les opéras filmés qui, eux, ne sont joués que dans une salle parisienne.
    Tout cela pour dire que l’on n’est plus souvent proche des 15 véritables « nouveautés » par semaine, ce qui ne va pas à l’encontre du reste de tes réflexions :)

  9. Bonjour Eric,

    En effet, il y a bien les opéras filmés qui sont comptabilisés sur AlloCiné… retirons donc une sortie par mercredi. Le compte reste tout de même impressionnant, car en tant que cinéphiles, si tu nous lis je suis sûr que comme nous une « réédition » compte autant qu’une « nouveautés » ! Impossible dans ce cas de tout voir (enfin je n’irai pas voir non plus une suite de camping… ni même l’original d’ailleurs) même si cela ne concerne qu’une minorité au final cela reflète la situation générale… il n’y a pas si longtemps (début des années 2000) que ça il n’y avait que 7-8 sorties par mercredi (rééditions comprises)… aujourd’hui si l’on compte uniquement les « nouveautés » il y en a 15 facile ! Et cela ne risque de pas de changer :s

Laisser un commentaire